Les répliques
Assassinat de Jamal Khashoggi : MBS est le commanditaire selon la CIA

17/11/2018

Selon le Washington Post, la CIA a découvert le rôle joué par le prince héritier saoudien dans l'assassinat du journaliste Jamal Khashoggi au consulat d'Arabie Saoudite en Turquie. Mohammed Ben Salmane est le commanditaire. La CIA étant formelle.

Entré le 2 octobre dans le consulat saoudien d'Istanbul, le journaliste critique du pouvoir y a été assassiné, découpé en plusieurs morceaux.



Cette information divulguée par le célèbre quotidien américain où collaborait régulièrement le journaliste Jamal Khashoggi contredit les récentes affirmations du royaume saoudien, qui avait totalement dédouané le prince héritier.

Selon le Washington Post, la CIA a épluché de nombreuses sources de renseignement notamment un appel entre le journaliste et le frère de Mohamed Ben Salmane, Khalid, qui aurait conseillé à Jamal Kashoggi de se rendre au consulat saoudien à Istanbul pour récupérer un acte de divorce, lui assurant qui ne lui arriverait rien.

D'après le journal toujours, l'appel a été passé à la demande du prince MBS ajoutant qu’il n’était pourtant "pas clair" que Khalid ben Salmane soit au courant que le journaliste serait ensuite assassiné.

Le frère Khalid Ben Salmane a d'ailleurs rapidement réagit via son compte twitter réfutant catégoriquement les allégations du journal  : 
 




"C’est une accusation grave qui ne devrait pas être laissée à des sources anonymes", a-t-il dénoncé, accompagnant son tweet d’un communiqué qu’il dit avoir transmis au journal. "A aucun moment le prince Khalid n’a discuté de quoi que ce soit avec Jamal à propos d’un voyage en Turquie", est-il notamment écrit.

Problème : l'Arabie saoudite a, à plusieurs reprises, changé sa version officielle sur ce qui était arrivé à Jamal Khashoggi une fois franchie la porte du consulat.

Dans un premier temps, le royaume admettait que le journaliste n'avait jamais franchi les portes du consulat. Les autorités ont dû ensuite reconnaitre qu'il était bien rentré mais ignorait où il se trouvait. Pour ensuite expliquer qu'il avait succombé à une altercation avec un agent administratif du consulat.

Jeudi dernier le procureur général saoudien a dû admettre que le journaliste avait été drogué et démembré sur place. Sur 21 suspects, il a inculpé à ce jour 11 personnes qui seront déférées devant la justice. Il a requis la peine de mort pour cinq d’entre elles.

Selon le porte-parole du procureur général Shaalan al-Shaalan lors d'une conférence de presse, Mohammed ben Salmane n’avait aucune connaissance du dossier.

Du côté américain, la maison blanche a annoncé le même jour des sanctions contre 17 responsables saoudiens pour leur "responsabilité ou leur complicité" dans cet assassinat.

"Les Etats-Unis sont déterminés à demander des comptes à tous ceux qui sont responsables" a vivement réagi le vice-président américain Mike Pence.

Cela va t-il changer quoi que ce soit dans les relations entre les deux pays ou mettre en péril l'avenir de MBS ? Pas si sûr..  Affaire à suivre.


Les Répliques 

Soutenez-nous sur Tipeee  :



Commentaires (0)
Nouveau commentaire :
Inscription à la newsletter
Facebook Twitter YouTube LinkedIn
Les Répliques © 2015-2018. Tous droits réservés.